Les histoires

Il y a un siècle, les enfants handicapés atteignaient rarement l’âge adulte.
Il y a une génération, ils ne survivaient pas à leurs parents.
Aujourd’hui, pour beaucoup d’entre eux, leur espérance de vie rejoint la nôtre.

Une qualité des soins prodigués, une meilleure connaissance médicale, mais surtout l’amélioration de leur qualité de vie ont permis cette évolution positive mais qui nécessite de trouver des réponses à des besoins nouveaux:

Corinne* ne supporte plus le bruit et l’agitation de ses huit autres compagnons de vie. Résidente au Centre de Vernand à Cheseaux-sur-Lausanne, elle est porteuse de trisomie 21 et comme un tiers des personnes atteintes de ce syndrome, elle développe à 49 ans une démence de type Alzheimer. Elle a besoin de pouvoir faire les choses à son rythme sans stress.

Fabien*, 55 ans, aimerait tant aller vivre à la Maison pour Personnes Vieillissantes. Porteur de trisomie, il ralentit, perd un peu ses repères, et est fatigable. Les sorties et les camps de son lieu de vie sont trop stimulants pour lui. Il aspire au calme, à partager le quotidien de personnes qui vivent tranquillement comme lui.

Marie* a 61 ans, elle vit à Yverdon à la résidence de l’Allée-Verte. Elle présente des signe de vieillissement, de fatigue, et de pertes d’équilibre. L’environnement de sa maison actuelle avec des escaliers et des salles de bain pas adaptés ne permet plus de garantir sa sécurité et sa qualité de vie, lorsque ses problèmes augmentent avec l’âge.

*prénoms fictifs

Partagez cette page :
  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • PDF

Les commentaires sont fermés.